Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • EXPO à BIELLA en Italie

     

    L'ouvrage bilingue Tarentulée sera à BIELLA en Italie à

    l'Exposition "ANTIPHONIUM" à la villa SCHNEIDER

    du 8 au 16 mars 2008 
     

    L'auteur Rina Santoro y est invitée le 8 mars

  • A la Médiathèque

    "J'aurais pu les faire taire en effet, ce n'est pas correct de parler de ça, de ces femmes-là... ça ne l'est pas pendant longtemps... ni en Italie du sud, ni ailleurs... mais je me suis souvenue que ce sont mes racines et donc mon présent... et que toutes ces femmes encore meurtries... j'avais envie de les accompagner. Je ne pouvais donc plus me taire, je ne pouvais plus faire taire ces femmes en moi... mes tantes, mes grand'mères, mes voisines... ces petites filles... "

    Rina Santoro
      
     
    Présence musicale de Maria Grazia Abatantuono 

  • Marthe Robin

    Sa vie a été inscrite dans le XXe siècle pendant 79 ans, dont les cinquante derniers à ne pouvoir déglutir ni boisson ni nourriture, à vivre paralysée dans l’obscurité, à « vivre » les souffrances de Jésus crucifié au point de saigner chaque vendredi des plaies qui lui ont été supposées, au point de « mourir » dans un coma extatique pendant les trois jours suivants et de « ressusciter » chaque dimanche comme si c’était Pâques !

    « Tu es complètement dingue. On lit ton livre sur Marthe Robin, et quand on a fini, on ne sait rien d’elle ». Cette apostrophe plutôt acerbe d’une « vieille amie » a réjoui celui dont elle venait de traverser l’écrit, Le Salut précaire de Marthe Robin.

    Effectivement, ce livre n’est pas une « biographie » au sens ordinaire du mot. Encore moins une « hagiographie », c’est-à-dire vie d’une sainte qui serait proposée à l’admiration pieuse. Encore moins une « étude de cas » psychiatrisante, réduisant un engagement mystique à des symptômes hystériques. Ce livre est une tentative « d’accompagnement » du sujet Marthe Robin dans un itinéraire follement humain : refuser l’abandon, assigner l’Autre à vous garantir comme sujet. Au prix fort, dans un cheminement terriblement douloureux dont le livre essaie de rendre compte, cette femme a vécu une aventure où elle a pu s’affirmer comme sujet.

    C’est ça qui n’est pas si banal, et mérite une attention respectueuse, indépendamment du cirque ecclésio-marchand et du sensationnalisme médiatique.

    Bernard Vandewièle